Rythmes d’un bébé, mais quels sont-ils réellement?

8-jan-2014 par

Rythmes d’un bébé, mais quels sont-ils réellement?

Assalam Alaykom, Bonjour à toutes,

Quel chamboulement cette naissance! Que ce soit la première, où tout est nouveau, ou les suivantes : aucun bébé ne se ressemble et nos repères volent en éclat. Peu après notre retour de la maternité, les conseils fusent de tout côté sur les « rythmes » qu’un bébé DOIT avoir. Mais nous nous rendons bientôt compte, que notre bébé n’a pas du tout le rythme attendu. Que se passe-t’il? Mon bébé est-il normal?

Connaître les rythmes d’un bébé allaité peut lever bien des obstacles pour mener à bien un projet d’allaitement. Effectivement, même si le lait maternel est reconnu officiellement par l’OMS comme la seule nourriture parfaitement adapté à un nourrisson (ce n’est pas pour rien que le Coran nous le recommande fortement), l’allaitement reste encore très flou dans l’esprit de certains professionnels de santé qui induisent en erreur certaines mères par des diagnostiques qui peuvent être faussés.

Un bébé de forte corpulence n’a pas besoin de complément pour prendre « sa dose » ; une sensation de baisse de lait est à étudier de près pour remédier à ce problème ; un bébé qui réclame « souvent » n’est pas forcément affamé… Que se passe-til vraiment, et à quel rythme?

Juste après la naissance.

Après la naissance, le bébé reste bien éveillé les deux premières heures environ. Une tétée à ce moment-là, dans la mesure du possible permet de commencer l’allaitement sur les chapeaux de roue!! Le bébé est bien souvent vif. Par contre, juste après, et pendant une période de 24h, le bébé peut devenir somnolent. S’il n’y a pas d’hypothermie, il n’y a aucun risque d’hypoglycémie.

Arrive ensuite une période où le bébé réclame beaucoup plus souvent. Cela arrive en général vers le 2e jour. Certaines mamans surnomment la nuit qui vient : « la nuit de la java ». Le bébé réclame très souvent, et les mères qui sont au courant de ce passage proposent le sein spontanément afin que la montée de lait se fasse dans de bonnes conditions. Plus bébé tètera, plus la montée de lait viendra rapidement! Le rythme peut effrayer certaines mamans qui se demandent si cela durera tout le temps de leur allaitement… Un bon accompagnant, des paroles rassurantes permettent souvent amplement de passer ce cap. Bébé se régulera bientôt, lors de la montée de lait.

Et après?

On entend habituellement « un bébé, ça tète toutes les trois heures. » Qu’en est-il réellement? Si on écoute certains récits de mamans, les bébés ne sont pas des horloges en demandant toutes les trois heures. Nous pouvons constater qu’un bébé dort en général plutôt assez dans la matinée, et réclame de plus en plus souvent en soirée et en nuit. C’est le rythme physiologique de l’allaitement, et du nouveau-né. Des études ont montré que bien souvent, il y a plus de tétées entre 14h et 2h du matin, qu’entre 2h du matin et 14h, jusqu’au 3 à 6 semaines du bébé, environ. Ce n’est pas forcément une confusion jour-nuit, comme les parents aiment à l’appeler mais ce sont des besoins physiologiques, afin de mettre en place correctement la lactation.

Physiologiquement, les tétées du matin sont abondantes (120 à 150 ml) –  et relativement espacées (2 à 5 h). Au fur et à mesure de l’avancement de la journée, les tétées se rapprochent en même temps que l’éveil de l’enfant augmente. Survient alors, le plus souvent entre 14 h et 2 h du matin, un épisode de « tétées groupées » où le bébé tète de façon très fréquente pendant 2 à 3 heures, prenant à chaque fois de petites quantités (une gorgée à 40 ml) – de lait plus gras de fin de journée (la maman percevant à cette heure là que ses seins sont peu remplis).

Source.

Il est très fréquent, à ce moment-là, que la mère se voit proposer alors, un biberon de complément, pensant qu’elle « n’a plus de lait en soirée ». Elle tente d’allaiter son petit, un sein, puis l’autre, de le bercer, de le changer. Rien à faire, son petit pleure toujours. La mère pense qu’elle n’a plus de lait. Il faut savoir que la sécrétion lactée se fait en continu. Continuer de proposer un sein, puis l’autre, redonnera du baume au coeur au bébé et à la maman.

Les fameux « pics de croissance ».

Non, ces « pics » ne sont pas des légendes. Ils passent parfois inaperçu auprès de certaines mamans, mais d’autres le ressentent énormément… Un pic survient en général aux alentours de 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, mais aussi lors d’événements qui chamboulent un peu (poussée dentaire, déménagement, maladie, tristesse familiale, etc, etc…). Le bébé réclame alors à téter de façon tout à fait anarchique, et très souvent. Là encore, pour dépasser un épisode comme celui-ci, rien de tel que de répondre à la demande du bébé et de lui donner très régulièrement : la lactation en sera boostée, et en quelques jours, tout rentrera dans l’ordre. Avoir connaissance de ces périodes permet bien souvent de les dépasser sans trop de casse.

Quand s’alerter?

Il existe tout de même quelques situations qui doivent mettre la puce à l’oreille, et sur lesquelles il vaut mieux se pencher :

-Un bébé qui dort beaucoup et ne réclame pas le sein (bébé né prématuré, de petit poids, ou né sous analgésie), dans ce cas, il serait très utile d’apprendre à reconnaître les « signes d’éveil » et de les interpréter comme étant à la demande. (Voir cet article et ce feuillet de La Leche League)

-Un bébé qui réclame le sein continuellement, 24h/24, sans période de repos au calme (après les trois premiers jours de vie). Dans ce cas, un bilan personnel pour évaluer ce qui se passe serait nécessaire. Ne pas hésiter à contacter une consultante en lactation et/ou une animatrice d’associations d’aide et de soutien à l’allaitement.

-Un bébé qui ne tète que 4 ou 5 fois par 24h. Dans ce cas, revoir également l’allaitement aux signes d’éveil. Il est cependant possible que certains bébés ont tout de même une bonne prise de poids, et s’en contentent très bien.

Et dans tous les cas…

Une inquiétude, une question, ou besoin d’une information : n’hésitez pas à vous tourner vers des professionnels ayant reçu une formation suffisante sur l’allaitement, et suivez votre coeur de maman!

Rendez-vous sur Hellocoton !
468 ad

10 Commentaires

  1. safya

    l’allaitement est avant tt un moment de bonheur et de partage avec son bébé. on peut rencontrer des difficultés et les surmonter ms il ne faut pas s’acharner qd ça ne fonctionne pas. avec mes 2 premiers tt s’est bien passé ms avec le 3° ça été un cauchemar ( bébé au sein 24h/24 jusque 5 mois)et comme je m’acharnais à vouloir allaiter j’ai souffert, bébé aussi et également notre relation! il faut savoir passer à autre chose qd ça ne va pas…

    • Salwa

      Effectivement, ce n’est pas toujours évident d’allaiter. Mais bien souvent, avec le soutien nécessaire, on trouve des solutions qui conviennent à la maman et au bébé. Que se soit le sevrage, ou comprendre ce qui cloche dans l’allaitement pour pouvoir y remédier :) C’est pour ça qu’il existe des associations qui sont aux côtés des mères pour ces moments-là, et que nous essayons de laisser le maximum d’informations à disposition des mamans. Bonne suite :)

  2. Leila Oum Selma

    Salam,
    merci Salwa pour cet article, c’est toujours un soutien pour les mamans Baraka Allah ou fik.
    Ma sœur Safya, ça dépend de chaque personne. « ça ne fonctionne pas, ne t’acharne pas » peut être très destructeur à entendre pour une maman. Ma fille était prématurée, les débuts de l’allaitement ont été très, très difficiles, mais l’allaitement et la relation d’allaitement étaient importants pour moi, surtout après une césarienne en urgence et deux semaines en néonatologie. Chaque maman connaît (ou découvre) ses limites et celles de son bébé, chacune sait ce qu’elle peut supporter ou non. Malgré les difficultés des début, abandonner l’allaitement aurait été difficile à vivre pour moi. Et aujourd’hui, hamdoulillah, je suis heureuse d’avoir persévéré les premières semaines/premiers mois. (aucunement une remise en cause de ton cas, bien sûr! Comme je disais, on fait chacune nos choix en fonction de notre situation… on essaie toujours de trouver le meilleur pour bébé et nous)

  3. Au Québec après l’accouchement et pour les bébés un peu fragiles qui doivent rester à l’hôpital un peu plus longtemps (parce qu’ils ont la jaunisse par exemple), ils réveillent obligatoirement les mamans (et les bébés) toutes les 2 heures pour allaiter. J’ai vu des amies partir complètement en dépression parce qu’elles n’avaient même plus le temps de manger ou de dormir! (car elles devaient aussi tirer leur lait avec une machine entre les tétés, pour être certain qu’il y aurait du lait disponible toutes les deux heures pour le bébé).

    Je n’ai pas de grande connaissance en la matière, mais laisser une maman partir en burn out çà m’avait quand même vraiment choqué!

    Légalement, elles peuvent certainement s’y opposer mais la plupart ne le savent pas, n’ont pas le courage ou la force de le faire, ou encore se laisse culpabiliser par le personnel hospitalier…

  4. IL est certain que le jour ou je saurai que je suis enceinte Incha Allah, je vais venir relir les articles sur l’allaitement avec assiduité et sérieux, pour avoir de quoi argumenter si nécessaire et si on tente de m’imposer quelque chose de stupide ;)

  5. oum

    salam aleykoum

    tres interessant l’article ma cha ALLAH
    je suis en plein dedans et avant d’accoucher je pensais etre informé sur l’allaitement par les expériences des sœurs, certaines lectures ou encore par les cours de prepa a l’accouchement il y a peine un mois (encore aujourd’hui) la realité m’a rettrapé je ne connaissais pas les pics de croissance, ni les positions d’allaitement, ni que les débuts seront douleureux, que je pleurais de doute, que mon bébé sera sotché sur moi et au sein, que je serai epuisé par mon ignorance car je ne comprennais pas son comportement.

    je ne savais pas non plus que je craquer au point de vouloir lui donner du lait artificiel, qu’il fallait lutter avec force contre les conseils (ordre) du type complement biberon, attention tu n’a plus de lait ou pas assez…
    pourtant j’avait lu certains articles sur l’allaitement mais comme on dit « tant que tu ne vis pas la situation tu ne peux pas la comprendre »

    maintenant je vis mieux l’allaitement el hamdoulillah mais je regrette qu’a la maternité il n’ont pas pris le temps de m’expliquer et qu’il n’existe pas allahou ‘alem) de facicule pour debutante ou non en allaitement avec les points essentiels (position, les débuts, les pics de croissance etc…distribuer dans les maternités

    par contre j’ai une question est « obligatoire de ressentir la montée de lait (car je la ressent pas mais j’ai du lait el hamdoulillah) jusqu’à quand il y des montées de lait?

    baarak ALLAHou fik

    salam aleykoum

    • Salwa

      Salam Alaykom

      Effectivement ma soeur, il existe des fascicules et des livres sur l’allaitement. Sauf que bien souvent, si on ne cherche pas l’information, ce n’est pas cette information qui arrive dans notre boite aux lettres : mais des échantillons de laits artificiels…

      Non, il n’est pas obligatoire de ressentir la montée de lait. Chaque femme est différente. Certaines vont ressentir cette montée, d’autres non.

      Si tu as encore des soucis pour ton allaitement, et que tu as besoin de réponse à tes questions, n’hésite pas à contacter La Leche League : http://lllfrance.org

      Je t’embrasse fort ma soeur.

  6. farasha

    asalemoualeykunna

    LEILA OUM SELMA
    j ai vecu exactement la meme chose que toi
    mashallah

  7. Maya

    Très bon article j’aimerais rajouter que l’allaitement n’est pas seulement recommander mais OBLIGATOIRE.

    D’après Abou Oumama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « Alors que je dormais deux hommes sont venus à moi et m’ont pris par l’épaule pour m’emmener vers une montagne escarpée et m’ont dit: Monte! J’ai dit: Je ne peux pas y arriver. Ils ont dit: Nous allons te la rendre facile. Alors je suis monté et arrivé au milieu de la montagne j’ai entendu de forts cris. J’ai demandé: Qu’est ce que ces cris? Ils me répondirent: Ce sont les cris des gens de l’enfer. Puis nous avons continué jusqu’à arriver vers des gens pendus par les chevilles avec leurs bouches tranchées et ensanglantées. J’ai dit: Qui sont-ils? ils me répondirent: Ce sont les gens qui rompaient leurs jeûnes avant son terme. Puis nous avons continués vers des gens très gros, nauséabonds et très laids. Je dis: Qui sont ils? Ils me répondirent: ce sont des mécréants morts. Puis nous avons continués vers des gens qui sentaient encore plus mauvais comme si leur odeur était celle des toilettes. Je dis: Qui sont-ils? Ils me répondirent: Ce sont ceux qui commettent la zina. puis nous avons continué vers des femmes qui avaient les seins mordus par des serpents. Je dis: Qui sont-elles? ils me répondirent: Ce sont celles qui privent leurs enfants de leur lait. Puis nous avons continué vers des enfants qui jouaient entre deux fleuves. Je dis: Qui sont-ils? Ils me répondirent: Ce sont les enfants des croyants. Puis nous avons montés et nous avons vu trois personnes qui buvaient du vin. J’ai dit: Qui sont-ils? Ils me répondirent: C’est Ja’far, Zayd et ibn Rawaha. Puis nous nous sommes élevés une nouvelle fois et nous avons vus trois hommes. Je dis: qui sont-ils? Ils me répondirent: C’est Ibrahim, Moussa, Issa qui t’attendent ».

    (Rapporté par Ibn Khouzeyma dans son sahih n°1986 et authentifié par cheikh Albani.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow Me

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: